Franchise Informatique

Le marché de l’informatique en franchise

L’informatique (et les telecom) a depuis sa naissance été associé à des marques fortes. On se souvient du duel que se sont livrés Apple et IBM dans les années 80, puis de la rivalité entre Hewlett-Packard et Dell et aujourd’hui, de la lutte entre Google et ses concurrents dans le référencement. Les magasins se sont rapidement organisés en réseaux afin de proposer des services unifiés aux consommateurs, et la franchise a permis une accélération du rythme des implantations partout en France pour les divers acteurs du secteur, de la Fnac à Darty en passant par LDLC.com ou Boulanger, ou bien encore NetinUp et INWIN (pour la SEO) sans oublier la cartouche d’encre représentée par Cartridge World, Point d’Encre, Bureau Vallée ou Calipage.

 Rentabilité des franchises informatiques

La question de la rentabilité est la première que se posent les futurs franchisés au moment où ils montent leur projet, car le prêt bancaire nécessaire à la création de l’entreprise est conditionnée par les résultats financiers espérés dans les deux ans. Alors, la franchise en informatique est-elle rentable ?

Le chiffre d’affaires moyen

Le chiffre d’affaires attendu au bout de deux années d’activité varie grandement selon le type de projet.
Par exemple, pour un magasin spécialisé dans la vente et le dépannage informatique, cela va de 250 000 € pour un All Tech Informatique (réseau naissant) à plus d’un million d’euros pour des acteurs bien installés comme la FNAC ou LDLC.com.
Si vous cherchez à vous spécialiser dans la cartouche d’encre, Point d’Encre et Cartridge World estiment le CA moyen de leurs franchisés à 170 000 €, tandis qu’opter pour un fournituriste de bureau peut faire espérer 400 000 € de chiffre d’affaires, toujours après 24 mois d’activité.

Quels sont les coûts à prévoir ?

Là encore, il y a autant de coûts qu’il y a de concepts, mais il est tout de même possible de faire des moyennes afin d’orienter ses recherches.

  • Par exemple, pour ouvrir ou reprendre une FNAC en franchise, la marque réclame un droit d’entrée de l’ordre de 15 000 € ainsi qu’une redevance de 9% du chiffre d’affaires hors taxes à verser tous les mois.
  • A contrario, une petite concession Point d’Encre est accessible à partir de 9 000 € d’apport (sans droit d’entrée) et la surface moyenne d’un point de vente est de seulement 50 m².
  • En termes de ressources humaines et de nombre d’employés, c’est là aussi le grand écart avec d’un côté les grandes surfaces de périphérie et leurs dizaines d’employés (Bureau Vallée, Boulanger…), de l’autre, les boutiques de quartier proposant la recharge de cartouches d’encre (Cartridge World…), qui peuvent se satisfaire de seulement deux personnes.
  • Le coût du matériel est assez important dans le domaine de l’informatique et le stock doit être constamment renouvelé, car c’est un domaine où l’obsolescence est particulièrement rapide. Il faut donc avoir de bonnes capacités de gestionnaire pour écouler les produits rapidement et les remplacer par des nouveautés de manière régulière.

Quels sont les avantages et les obligations lorsqu’on crée sa franchise

                Les avantages

Monter sa société en solo, surtout lorsque c’est la première fois, comporte une part de risque et de découverte. Opter pour une franchise permet d’être assisté à toutes les étapes de son projet, du montage financier jusqu’à l’ouverture effective en passant par la recherche du bon local, le recrutement et les actions de communication.
Dans le domaine de la franchise informatique, il est évident qu’un consommateur aura plus confiance dans une enseigne comme la FNAC, Boulanger ou LDLC.com que dans un magasin de quartier à la réputation incertaine.

Et par ricochet, les banques financeront plus facilement une création d’entreprise en franchise plutôt qu’en solo, car le modèle aura été éprouvé sur des dizaines d’exemplaires auparavant.

                Les obligations

La franchise, c’est un contrat entre deux parties, ce qui implique des devoirs de la part du franchisé. Tout d’abord, il s’engage à ne pas dénaturer la marque et à respecter assidument le cahier des charges imposé par le franchiseur. Il faut que le client se retrouve en terre connue, qu’il s’agisse de la charte graphique, des prix ou des services.
Certains concepts obligent leurs franchisés à se fournir exclusivement auprès de leur centrale d’achat. Aussi faut-il bien étudier les clauses touchant à ce point avant de signer, pourquoi pas en faisant appel aux services d’un avocat conseil spécialisé.

Les meilleures enseignes du secteur informatique

Voici un petit comparatif des enseignes cherchant actuellement des franchisés dans le domaine de l’informatique et de la cartouche d’encre, afin de vous aider dans votre prise de décision.

  • Référencement et stratégie Web pour PME

Deux réseaux sont actuellement en forte progression dans le domaine du conseil et de la création de sites à destination des PME et des TPE : il s’agit de NetinUp et d’INWIN. Ces agences d’un nouveau genre permettent à des petites entreprises d’accroître leur audience sur le web, ce qui se répercute de manière positive sur leur volume d’activité, leur notoriété et leur chiffre d’affaires.

  • Recharge de cartouches d’encre

Là encore, nous citons deux grands réseaux d’envergure internationale avec d’un côté Cartridge World (concept venu d’Australie comptant 1 400 points de vente dans une cinquantaine de pays) et de l’autre, Point d’Encre, dont on dénombre près de 100 unités dans l’Hexagone, notamment à travers des corners aux coûts d’accès très abordables.

  • Matériel et dépannage informatique

Sur ce marché se font face des enseignes très connues du grand public, comme la Fnac (passée en franchise sous l’influence de son PDG Alexandre Bompard, depuis passé chez Carrefour), LDLC.com (d’origine lyonnaise et réalisant aujourd’hui 100 millions de CA sur ses 20 magasins) ou encore Boulanger, dont le concept a été totalement refondu en 2016.

  • Papeterie et fournitures de bureau

La plupart des grandes enseignes de fournitures de bureau comptent dans leurs rayons du matériel informatique. Il peut s’agir de tablettes tactiles, d’assistants personnels ou encore de services de recharge de cartouches d’encre. Sur ce créneau, citons les grands réseaux français que sont Bureau Vallée, Calipage ou Plein Ciel.

Comment ouvrir une enseigne d’informatique ?

Pour être sûr de faire le bon choix, il y a plusieurs méthodes qui sont complémentaires. Une première approche peut se faire sur un site de franchise, comme l’Observatoire. Les candidats peuvent contacter directement les enseignes en présentant leurs antécédents et leur CV, avant d’obtenir un entretien.
Les salons dédiés à la franchise, au premier rang desquels le francilien Franchise Expo Paris et le marseillais Top Franchise Méditerranée, permettent aux visiteurs de converser avec les responsables de grandes enseignes et les directeurs du développement. De quoi se faire une idée précise de la manière dont ces réseaux accueillent leurs candidats.

Enfin, ne surtout pas s’épargner les visites incognito dans les magasins de la marque qu’on souhaite rejoindre : questionner les franchisés en place est le meilleur moyen de se rendre compte de ce qui vous attend. C’est une bonne occasion de parler salaires, rythme de travail, partage vie professionnelle/vie personnelle… le tout garanti sans langue de bois.

Profils recherchés

On trouve des points communs parmi les exigences des franchiseurs vis-à-vis des profils des leurs franchisés. En premier lieu, il faut avoir l’esprit d’un entrepreneur et faire preuve d’une motivation à toute épreuve. Etre attiré par le secteur des nouvelles technologies est également un avantage, même  si cela n’est pas indispensable. Cela dépend du concept : un franchisé Fnac aura plutôt un rôle dans le management et la gestion, là où un concessionnaire Cartridge World peut être amené à assumer certaines missions techniques, en plus du développement commercial.

Formation dispensée par les enseignes

En tout état de cause, le parcours professionnel précédent ne revêt pas une importance capitale dans le choix des enseignes de recruter leurs franchisés. La raison en est simple : une formation complète est assurée avant l’ouverture du magasin, permettant de mettre à niveau toutes les personnes retenues et à leur apprendre un nouveau métier en l’espace de quelques semaines. Cette formation comprend une partie théorique (management, gestion, concept…) et une partie pratique, a cours de laquelle le candidat passe plusieurs jours en immersion dans un magasin, afin de se confronter à la réalité de la profession.

Voir 4 résultats