Franchise Boulangerie

Le marché de la boulangerie

La France est le pays du pain par excellence, aussi il est tout naturel que les boulangeries soient le type de commerces le plus répandu dans l’Hexagone.
Depuis quelque décennies maintenant, les concepts se sont multipliés sur ce créneau, avec des franchisés dédiées à la naturalité, d’autres aux dépôts de pain et d’autres encore se déployant sur de grandes surfaces, notamment en centres commerciaux.

Rentabilité des boulangeries en franchise

Le chiffre d’affaires moyen

Si l’on compare les différents concepts se déployant en France, il est possible d’estimer le chiffre d’affaires recueilli à 500 000 € de moyenne au bout de deux ans. Cette donnée fluctue en fonction du type de magasin, du nombre de salariés, du flux de clientèle… mais en tout état de cause, ouvrir une boulangerie est une activité à la rentabilité avérée, comme le prouve les multiples inaugurations qui interviennent dans nos villes, ainsi que la pérennité des points de vente en activité depuis plusieurs années pour la plupart.

Quel est le prix d’une franchise

Là encore, les prix sont très variables selon qu’il s’agisse d’un point de vente de centre-ville ou de périphérie.
Par exemple, un Boréa, qui propose du pain bio, nécessite une mise de départ de 120 000 € (en termes d’apport personnel), auxquels il faut ajouter 50 000 € de droit d’entrée (qu’on ne paye qu’une fois). Tandis qu’une Mie Câline réclame 60 000 € d’apport et 25 000 € de droit d’entrée. A noter que l’apport personnel ne représente qu’un tiers de l’investissement global, le restant étant apporté par un prêt bancaire le plus souvent. Il faut également ajouter le prix du fonds de commerce à votre projet.

Quels sont les coûts à prévoir ?

. Emplacement : il s’agit du premier poste de dépense, surtout si l’on vise un emplacement numéro un. C’est d’ailleurs souvent le cas pour une boulangerie, qui doit être à proximité de zones densément peuplées pour fonctionner.

. Royalties et redevances publicitaires : comme dans toute franchise, un pourcentage du chiffre d’affaires est prélevé chaque mois et reversé à la maison-mère. Cela fait partie du contrat de franchise signé entre le franchisé et le franchiseur et c’est le sésame permettant d’exploiter une marque et aussi de contribuer aux vagues de publicité nationales.

. Ressources humaines, salaires des employés : qu’il s’agisse de la gestion du personnel ou de leur salaire, le franchisé est libre de ses choix. Il est bien entendu fortement conseillé d’embaucher un boulanger de métier si l’on veut proposer des produits de haute qualité, mais certains concepts peuvent s’en passer, car les produits leur sont livrés prêts à cuire, sans nécessité de préparation dans le magasin.

. Marchandise, stock, logistique : l’avantage d’ouvrir une boulangerie en franchise est que cela ne requiert aucun stock, et que les produits, de nature très périssables, ne sont conservés que quelques jours, voire quelques heures pour certains (sandwiches, etc…).

. Fournitures, matériels : l’un des postes de dépense les plus importants est représenté par les appareils de cuisson, qui doivent répondre à des normes drastiques, tout comme les présentoirs réfrigérés, qui doivent être d’une hygiène irréprochable. Des commissions d’inspection veillent aux normes, afin d’assurer la sécurité alimentaire et la continuité de la chaîne du froid.

Les meilleures enseignes du secteur de la boulangerie

Parmi les dizaines de concepts qui se déploient en franchise patisserie ou boulangerie, certains ont meilleure réputation que d’autres.
En ce qui concerne les dépôts de pain, dont la particularité est de servir de terminal de cuisson, nous suivons particulièrement l’actualité de La Mie Câline, qui a démarré en 1985 et s’est développé patiemment pour atteindre 220 boutiques aujourd’hui, pour un chiffre d’affaires de plus de 150 millions d’euros sur son dernier exercice.
Autre marque renommée, Fischer a quant elle vu le jour en 1913 au Luxembourg et c’est à partir de ce territoire que son réseau s’est déployé. Comptant 8 points de vente en France, Fischer souhaite poursuivre le maillage de l’Europe.
Boréa a été créé en 2005 afin de procurer à ses clients « du bon et du bien » comme le dit le slogan de la marque, orientée naturalité. Une dizaine de magasins sont en activité en France à l’heure actuelle et d’autres sont en cours d’ouverture.
Parmi les enseignes de renom, citons Paul, Les Délices du Fournil, Brioche Dorée ou encore Feuillette mais cette liste est loin d’être exhaustive. Il est possible de racheter un terminal de cuisson à vendre.

Comment ouvrir une boulangerie en franchise ?

Comparer les différentes enseignes

Pour entrer en contact avec les franchises, trois  moyens simples : le web, les salons et la visite en boutique.

Via les sites de mise en relation

Le moyen le plus rapide de comparer l’ensemble des franchises recherchant des candidats est de passer par Internet. L’Observatoire de la franchise recense 25 concepts et il est possible de se connecter sur ordinateur, tablette ou mobile. Postuler ne requiert que quelques clics et les enseignes répondent à l’ensemble des candidatures retenues.

Via les salons

Deux grands salons se partagent le marché français : Franchise Expo Paris (en mars à la              porte de Versailles) et Top Franchise Méditerranées (en octobre à Marseille). Y sont représentés plus de 400 enseignes à la recherche de candidats du Nord au Sud de la France.

Contacter les franchisés en place (annuaire, pages jaunes, déplacement sur site…)

Troisième moyen de contact, peut-être le plus sûr : se rendre directement dans une boutique afin d’interroger les franchisés en place. Ne surtout pas hésiter à poser les bonnes questions, relatives aux salaires, aux relations avec les franchiseurs, à l’assistance, au retour sur investissement…

Les compétences requises

Il est absolument primordial de bien étudier les profils recherchés par les enseignes ainsi que les compétences requises. Il s’agit de ne pas se sur-évaluer mais aussi de ne pas se sous-évaluer. Car un franchisé bardé de diplôme optant pour une franchise nécessitant des compétences manuelles, comme cela peut être le cas dans la boulangerie, pourrait ne pas convenir.

Les différents types de contrat proposé dans la boulangerie

La franchise

Signer un contrat de franchise classique implique une période de formation et une assistance tout au long du contrat, qui peut s’étendre sur une durée de 7 ans. C’est particulièrement important dans un métier comme la boulangerie, où la qualité du pain et la manière dont on le prépare sont des éléments incontournables du savoir faire.

La concession

Au contraire, la concession donne le droit d’exploiter une marque de boulangerie en réseau sur un territoire donné. Le franchiseur n’aura dès lors pas le droit de proposer à un autre franchisé d’ouvrir un autre point de vente dans la zone concernée.

Les différents métiers en franchise

Boulangeries

Le métier phare du secteur est bel et bien celui de la boulangerie classique. Parmi les principaux réseaux se partageant ce marché, citons Boréa (et ses baguettes à la recette exclusive), Ange, Fischer ou Feuillette.

Pâtisserie

Là encore, de nombreux réseaux phares se partagent le secteur, avec notamment la Romainville (grande surface), la Pâtisserie des Rêves, Masmoudi (spécialisé dans l’oriental)

Les terminaux de cuisson

Présentant la particularité de ne pas fabriquer le pain sur place, mais juste de le cuire, les terminaux de cuisson proposent une large offre allant de la baguette à la glace en passant par les sandwiches, les viennoiseries ou une sélection de boissons (à consommer sur place ou à emporter). Aux côtés du leader du marché La Mie Câline, on trouve des concepts en progression comme Le Fournil de Pierre, Brioche Dorée, Les Délices du Fournil…

Les différents emplacements et différentes surfaces

Centre-ville

C’est évidemment en centre ville qu’on trouve le plus grand nombre de boulangeries. Le Français aime en effet acheter sa baguette en rentrant chez lui le soir et il a pour cela besoin d’un commerce proche et de qualité. Ces points de vente proposent aussi des viennoiseries, sandwiches et gâteaux afin de répondre à diverses demandes de la clientèle tout au long de la journée.

Zone  d’Activité Commerciales

Depuis quelques années, l’essor qu’ont pris les Zones d’Activité Commerciales ont poussé les responsables de développement à y multiplier les concepts. Après les centres-auto, les concepts d’ameublement et toutes les enseignes où il faut une grande surface pour exercer, ce sont désormais également des boulangeries et des terminaux de cuisson qui investissent ces lieux très fréquentés.

Montrer 1–10 sur 13 résultats